Sexe gaulois sexe viol

sexe gaulois sexe viol

...

Cache sexe sex poilue

Le beau-fils va se taper sa belle-mère. Une belle-mère potelé et son fils k La mère se tape son beau-fils. Belle mère cochonne et son beau fils k Belle mère BBW reveillée par son beau-fils k Elle réveille son beau fils avec la chatte k Une baise entre fils et belle-mère k Est-ce que le beau-fils peut suivre le rythme de cette MILF Salope brune et son beau fils k La belle-mère poilue aime son fils.

MILF blonde veut se déshabiller pour son beau-fils k La belle-fille se tape sa belle-mère. La belle-mère veut jouer 2,k Donnant à sa belle mère un avant goût k Une grosse bite à partager avec sa belle mère 84, Belle-maman attrape son fils entrain de se branler k Mère japonaise avec son fils 3,k Les influences méditerranéennes échanges, commerce, mercenariat ont sans doute eu un impact sur les notions de genre et donc, indirectement, sur les pratiques sexuelles.

Un autre point important à soulever: Mais cela est inévitable. Je précise aussi que, sur le sujet en question, les sources archéologiques et textuelles sont rares.

La déduction et le discernement sont de mise, ainsi que les études parallèles avec d'autres civilisations anciennes indo-européennes, par exemple. De même que les langues gauloises des celtes du continent , gaéliques et bretonnes sont mises en parallèle avec le Sanskrit, j'ose puiser dans l'Inde antique et l'ancien Brahmanisme pour glaner de précieuses informations.

Peu d'entre nous échappons à ce phénomène, de toute façon. Cela demande une vigilance et relecture constante Personne n'est vraiment neutre, face à l'Histoire. Le féminin n'est pas associé qu'à la femme et le masculin n'est pas associé uniquement à l'homme. Des fonctions, des actions et des status sont féminins ou masculins tout à fait indépendamment du sexe de l'individu concerné.

De plus, faisant partie d'un cycle, l'un ne surpasse pas l'autre. Il n'y a pas de hiérarchie. L'un précède l'autre, suit l'autre, tour à tour. Les caractéristiques des deux genres sont spécifiques mais non cloisonnées: Sa fonction au sein de la société avait, elle aussi, un genre. Je rappelle que les fonctions spirituelles étaient féminines même si elles pouvaient être endossées par des hommes et les fonctions temporelles étaient masculines même si elles pouvaient être endossées par des femmes.

Je ne citerai ici que 2 exemples: Les auditeurs, les receveurs de la parole, sont seuls responsables de son incarnation application, compréhension ou non. Il y a certainement eu des femmes guerrières ou intimement mêlées aux affaires de la guerre. A côté de la reine Boadicea mentionnée dans la guerre des Gaules par Jules César, l'historien antique grec Plutarque, en relatant, dans ses "Oeuvres morales", une histoire que l'on peut dater des environs du Vè ou IVè siècle avant notre ère, précédant l'incursion des Celtes en Italie, en tout cas, indique: Ce genre d'interventions féminines, de nature bardique, sur le champ de bataille était encore en vigueur lors de la traversée des Alpes par Hannibal plus de deux siècles plus tard, au sein de ses mercenaires gaulois, car il en est fait mention par Plutarque, dans ses "oeuvres morales" et par Polyen dans ses "Stratagèmes".

La guerre est masculine mais accessible, dans certains de ses aspects, à l'autre sexe puisque, comme tout le reste, elle a une dimension féminine dans sa masculinité. Le genre de la fonction, la nature de l'action et du contexte prévalent donc sur le sexe de l'individu voyez l'article sur les Celtes et la guerre ICI. Voyez, à ce sujet, la partie de mon article sur la civilisation celtique portant sur la structure de la société.

Au niveau symbolique, le féminin reçoit, accueille et expanse ce qui est donné. Il est souvent associé au réceptacle, à la matrice. L'année celtique commençait avec la saison lunaire, une journée celtique commençait avec la nuit, et cela est logique puisque dans le cycle, le spirituel précède toujours le temporel voyez l'article sur le calendrier celtique ICI Les désaccords ayant abouti sur des déclarations de guerre trouvaient alors leur débouché sur le champ de bataille.

Le cycle menstruel féminin est associé au cycle lunaire. La lune gibbeuse se terminant par la pleine lune symbolise l'ovulation, tandis que la lune décroissante vers la nouvelle lune, la perte de l'ovule non fécondé les règles , indique une période d'infertilité non péjorative, dans le sens repos, clôture d'un cycle.

Il est difficile de dire comment cela était vécu tant au niveau social qu'individuel, sans parler de l'aspect hygiénique. Si l'on s'inspire de ce que l'on sait à ce sujet, des civilisations anciennes d'Inde, de Mongolie, ou des amérindiens et aborigènes, ainsi que de certaines tribus africaines, les femmes vivaient leurs menstruations dans le repli, à l'écart des hommes et de toute activité. Ma grand-mère, qui était cuisinière, me répétait que durant cette période, elle ne pouvait réussir une mayonnaise, une crème anglaise ou un soufflé, et qu'elle laissait souvent tomber tout ce qu'elle tenait en main.

Ainsi, en période de menstruation, les femmes se retiraient chez elles dans une pièce à part, ou dans une habitation réservée à cet effet, et étaient servies par d'autres femmes, durant 3 à 5 jours, avec de nombreuse ablutions et beaucoup de repos. Cette mise à l'écart est compréhensible ne fut-ce que pour l'aspect hygiénique mais aussi parce que l'odeur du sang attire les prédateurs et perturbe les éléments mâles entiers des cheptels domestiques.

Une période de repli mensuelle inévitable est peu pratique pour une guerrière ou toute femme devant assurer une activité qui ne peut souffrir d'interruptions ponctuelles Il était certainement suscité chez les divinatrices et les oracles ou durant des cérémonies druidiques.

Une relation sexuelle entre femmes est le summum de l'aspect spirituel d'une relation dans sa symbolique. Mais tout comme le Yin et le Yang, le spirituel ne pouvant exister sans le temporel et vice et versa, un aspect masculin, ne fut-ce que symboliquement, devait s'y retrouver.

Le masculin pourvoie et incarne. Certains rituels devaient impliquer le recueil de sperme. Une relation entre hommes appartient au monde physique; elle concrétise et scelle une relation de type solaire et temporelle domaine de la guerre dans le cycle. Mais tout comme le Yin et le Yang, le temporel ne pouvant exister sans le spirituel et vice et versa, un aspect féminin, ne fut-ce que symboliquement, devait s'y retrouver. Le don masculin symbolisait également la transmission de connaissance envers l'élève considéré féminin état préparatoire, initiatique, spirituel , comme chez les grecs.

Couper le sexe pénis de manière symbolique revenait à ôter à l'individu toute combativité d'une part, et tout pouvoir d'incarner une fonction, un rôle, un destin d'autre part.

La castration, quant à elle, symbolique ou réelle, avait une connotation négative: Elle mettait fin définitivement, irrémédiablement, à la continuité du cycle. Elle représentait une forme de mort. Un état déchu et stérile, un état dépendant à jamais coupé de toute possibilité d'abondance. Vous l'aurez compris, les relations entre hommes étaient codifiées. C'était le cas partout dans l'antiquité. Chez les Celtes, les Perses, les Grecs, les Spartiates, Chez ces derniers, le masculin a très tôt dominé.

Les hommes pouvaient s'adonner aux caresses avec de jeunes hommes esclaves, même en plein banquet, du moment que, par ailleurs, ils assuraient une descendances - la continuité de leur lignée, de leur "sang" - avec leur épouse. Les jeunes hommes pouvaient s'initier avec des esclaves affranchis, des prostitué e s.

Ces privilèges sexuels étaient interdits aux femmes! Un certain sexisme régnait déjà jusque dans les comportements intimes dès la naissance de la république. Au début de l'empire, le stoïcisme romain, avec sa "continence" et son rejet du plaisir physique, préparait le terrain à la morale chrétienne.

Les Celtes - pour ce qu'on peut en déduire à l'heure actuelle - étaient nettement moins sexistes. Ils ne semblaient pas avoir encore dénué le sexe de son aspect symbolique et spirituel.

Même si la notion de plaisir devait être bien présente, la prostitution et l'usage des esclaves pour le plaisir physique ne semblaient pas avoir cours chez eux, officiellement en tout cas. Les comportements avec les esclaves étaient codifiés selon les vertus à la mode celtique.

On ne faisait pas ce qu'on voulait quand on le voulait, avec les esclaves. En ce qui concerne les codes de comportements sexuels entre hommes, le rôle "passif" ou "actif" était lié au statut, à la fonction. Dans la société celtique, au cours de la vie d'une femme, celle-ci se voyait fréquemment forcée, quelle que fût sa tendance, sa nature, à passer par le rôle de réceptacle et de concevoir, de devenir mère.

De même, au cours de la vie du guerrier, celui-ci doit passer du "passif" à "l'actif" pas seulement dans la pratique sexuelle mais dans la symbolique comportementale au quotidien à cause d'un rôle de mentor ou de seigneur qu'il endosse vis à vis d'un jeune dont il aurait la charge, ou des guerriers à son service, et surtout parce qu'idéalement, il doit se marier avec une femme et engendrer.

Cependant, le concept d'amour libre permet à l'individu d'entretenir une relation amoureuse à sa convenance, à côté des obligations.

D'aimer et d'être aimé de la manière la plus cohérente avec sa propre nature. L'amour libre aurait été plus en vogue chez les Celtes insulaires que sur le continent, semblait-il, mais là encore, les conclusions sont imprégnées d'une vision tronquée, surtout en Belgique et en France où toute découverte archéologique doit s'accorder avec les textes latins - les seuls dont nous disposons - et les dires de ce cher Jules.

Or, chez les Romains, l'adultère est condamnable pour les femmes. Une chose est sûre: Il ne s'agissait donc pas là simplement de jeux de rôles sociaux.




sexe gaulois sexe viol

Grosse bite black pour salope blanche 24, Deux salopes blanches se tapent la bite noire qu'elles aimen Une salope blanche se prend une grosse queue noire dans son Deux salopes blanches se prennent un Black 1,k Les trois grosses queues noires et la petite salope blanche 1,k Une salope blanche avec deux bites blacks. Deux bites noires et une salope blanche k Salope mariée se fait prendre en groupe k Bites blacks pour petite salope blanche k 1: Salope attaché et baisée 1,k Salope allemande défoncée en plein air k Une salope blanche se fait doublement baiser.

Salope blanche peut en prendre plus qu'un peu 39, Salope blanche et maigre prend une grosse bite noire k Une scène parfaite dans la prison. Une vraie salope blanche à gros seins k De bonnes salopes bien blanches k On ne faisait pas ce qu'on voulait quand on le voulait, avec les esclaves. En ce qui concerne les codes de comportements sexuels entre hommes, le rôle "passif" ou "actif" était lié au statut, à la fonction. Dans la société celtique, au cours de la vie d'une femme, celle-ci se voyait fréquemment forcée, quelle que fût sa tendance, sa nature, à passer par le rôle de réceptacle et de concevoir, de devenir mère.

De même, au cours de la vie du guerrier, celui-ci doit passer du "passif" à "l'actif" pas seulement dans la pratique sexuelle mais dans la symbolique comportementale au quotidien à cause d'un rôle de mentor ou de seigneur qu'il endosse vis à vis d'un jeune dont il aurait la charge, ou des guerriers à son service, et surtout parce qu'idéalement, il doit se marier avec une femme et engendrer. Cependant, le concept d'amour libre permet à l'individu d'entretenir une relation amoureuse à sa convenance, à côté des obligations.

D'aimer et d'être aimé de la manière la plus cohérente avec sa propre nature. L'amour libre aurait été plus en vogue chez les Celtes insulaires que sur le continent, semblait-il, mais là encore, les conclusions sont imprégnées d'une vision tronquée, surtout en Belgique et en France où toute découverte archéologique doit s'accorder avec les textes latins - les seuls dont nous disposons - et les dires de ce cher Jules.

Or, chez les Romains, l'adultère est condamnable pour les femmes. Une chose est sûre: Il ne s'agissait donc pas là simplement de jeux de rôles sociaux. Outre la dimension symbolique et spirituelle de l'acte, de nombreux témoignages antiques et médiévaux gaéliques mentionnent une relation affective très forte, souvent passionnée, même, entre mentor et élève ou entre deux guerriers.

Nous aurions tendance à voir ces échanges comme pervers. Ouvrons ici une parenthèse: Elle se subtilise ainsi à la conscience. Il viole la terre, le vivant. La prostitution était absente, ainsi que la pédérastie relation avec des individus pré-pubères et le viol. La culture du viol que nous connaissons aujourd'hui 1 femme sur 5 et 1 homme sur 16 subissent chaque année l'une ou l'autre forme d'agression sexuelle est le résultat d'une culture, justement.

On a fini par croire que ce comportement est inévitable, comme intrinsèque à l'être humain, à l'homme en particulier, ce qui est tout à fait faux, à mon humble avis. De même, le viol "guerrier", celui qui est utilisé pour "inséminer" les femmes du peuple ennemi et ainsi forcer le gène, dominer, coloniser, imprégner, en quelques sortes, vient d'une autre conception de la guerre voir l'article sur les Celtes et la guerre ICI. Nulle part, dans les rapports d'historiens grecs ou romains, qu'il s'agisse de faits et gestes de troupes mercenaires celtes ou durant la prise de Delphes ou de Rome, ne fait-on mention de Celtes agressant ou violant les femmes dans les villages et les villes conquises, ou convoitant les vestales vierges consacrées des temples.

Ils pillaient et mettaient à sac mais seul l'or les intéressait, semble-t-il Par contre, durant la guerre des Gaules, les romains, eux, ne se gênèrent pas. C'est d'ailleurs le viol de ses deux filles, en plus du prélèvement d'esclaves sur son peuple et de lourdes taxes, entre autres oppressions, qui incita la reine Boadicea a se révolter contre les romains.

Si le viol est présent dans les écrits celtiques médiévaux tardifs, irlandais et gallois, il est habituellement extraordinaire et suivi d'une terrible vengeance ou même des représailles du peuple de la victime envers celui de l'agresseur. Sinon, il apparaît dans un contexte amoureux et provoque la conception d'un dieu ou d'un héros ou résulte en un mariage inespéré car les parents désapprouvaient l'union au départ. Il se pourrait donc que le "viol" mythologique fasse allusion, tout simplement, à l'acte de pénétration, même quand celui-ci est mutuellement consenti.

Il faut comprendre également que les mythologies dont nous disposons aujourd'hui, dans nos bibliothèques, sont des versions tardives, des retranscriptions ayant déjà souffert d'une influence patriarcale. La mythologie grecque dont s'est inspirée Rome n'avait déjà plus rien à voir avec le polythéisme indo-européen original ou originel.

Un dieu d'aspect solaire sorti de son symbolisme cyclique, ne souffrant plus aucun amoindrissement, dominait un panthéon dont les représentants avaient déjà perdu, dans leur histoire, leur symbolisme, leur caractère, une bonne partie de leur prime nature, ainsi que les inter-influences, interdépendances et interactions.

Le cloisonnement montrait son nez, contrant l'holisme, et surtout la superficialité s'opéraient inéluctablement. Quelques siècles seulement avant notre ère, les dieux païens méditerranéens étaient prêts pour l'instrumentalisation politique, l'asservissement et la vulgarisation populaire et, ensuite, pour la diabolisation, l'assimilation et les purges, chrétiennes et autres. Sur le continent, les dieux celtes se sont vu réduire à une comparaison avec le panthéon romain lors de la colonisation le syncrétisme qui a donné l'ère gallo-romaine ne fut rien d'autre qu'une acculturation, il faut arrêter de sanctifier et de glorifier les civilisations et comportements impérialistes et, ainsi, de faire perdurer leur propagande!

La "religion" celtique insulaire n'a pas échappé au rouleau compresseur chrétien. Paradoxalement, le même esprit qui l'assimilait et l'altérait était celui qui la sauvait par l'écriture. Le droit celtique, en Irlande, condamnait sévèrement le viol, par castration ou dédommagement cheptel, objets précieux, terres, L'agresseur devait assurer tous les besoins de l'enfant né conséquemment. Le viol n'était pas considéré ou compensé si la victime l'avait dissimulé. Moins hypocrite… moins cynique….

Et elle était moins violente que la nôtre! Forcément un violeur en puissance! La nudité n'était pas systématiquement synonyme de sexualité. Chaque partie du corps possédait son symbolisme, jusqu'à chaque doigt de la main signifiant à lui seul tout un concept.

La gestuelle avait donc une importance cruciale, mais aussi, le fait de dénuder une partie du corps en particulier. La tête, réceptacle de la pensée et de la volonté, était ôtée au vaincus. Le casque du guerrier n'était donc pas qu'un ustensile pratique. L'on sait, grâce aux rapports grecs et romains, que les femmes s'interposaient devant leurs guerriers et dénudaient leur poitrine pour implorer la miséricorde de l'ennemi ou demander une trêve, un pourparler.

Au contraire, les guerriers se dénudaient pour affirmer leur ferme intention de combattre, le symbole du phallus venant renforcer celui de l'épée.

Le culte celte du corps du guerrier s'apparentait à celui des spartiates. Un homme ne pouvait être élu roi que si son corps ne présentait aucune tare nuisant au symbolisme complexe de sa fonction. Une reine devait avoir un "champion" dont le sexe secondait ses attributs féminins rehaussés d'une épée, et qui prenait le relais lors des périodes menstruelles. Chaque étape était marquée par un rituel convivial de passage.

Les femmes initiaient les filles. Les hommes initiaient les garçons. Ce sont souvent des membres adultes de la famille oncle ou tante qui ont cette responsabilité. Là encore, les dérives étaient probables mais en dehors de notre conception de la perversion puisque même si, dans le cas de l'initiation, l'acte sexuel relevait sans doute plus parfois d'une tradition que d'un véritable consentement mutuel, l'absence de secret, de culpabilité ou de honte la version sociale de la culpabilité , de tabou et d'hypocrisie sur le sujet, réduit considérablement la portée d'une notion d'abus vers un éventuel trauma.

Toute la famille est au courant. On en parle ouvertement. Je rappelle que les individus pré-pubères ne sont pas concernés par la sexualité, chez les Celtes. Par contre, ils y étaient souvent confrontés de part la promiscuité dans les familles, les domaines, les communautés, et de part les représentations symboliques et de visu de l'acte sexuel lors des célébrations saisonnières - bien que la présence d'individus prè-pubères incomplet n'était pas souhaitée lors de certaines assemblées ou cérémonies.

C'était même tout le contraire puisque l'initiation coïncidait avec l'éveil du désir physique, des pulsions naturelles qui, étant accueillies dans jugement, ne devenaient pas stigmatisantes. Il ne s'agit donc pas ici d'un adulte forçant sa sexualité sur un adolescent. Et quant aux violences sexuelles, harcèlement et culture du viol. Il y aurait moins de frustrations et de conflits conflits intérieurs, pour commencer, et puis de conflits extérieurs donnant des comportements violents et auto-destructeurs.

Et sans doute, moins de comportements pervers. Comme je le dis souvent: Les sources en français, sur ce sujet, sont encore rares ou fort stéréotypées, à mes yeux en tout cas.

Par contre la "question celte" et très fréquemment et ouvertement abordée dans les universités anglaises, galloises, écossaises et irlandaises. Vous trouverez sur leurs sites des comptes rendus de colloques et des articles, ainsi que les références de nombreux ouvrages où les textes antiques latins et en grecs et médiévaux insulaires - et ces derniers, rédigés dans d'anciennes langues gaéliques, sont précieux car ils proviennent de régions celtes non romanisées et tardivement christianisées - sont déjà décortiqués et analysés avec pertinence.

Du "prémâché" de qualité pour les celtisants. Ceux de Christian Goudineau, qui adresse de temps en temps la question de la sexualité et des genres. Nous revenons de loin! Publié par Frederique Badoux Réactions:

.




Public sexe tubes de sexe


Salope tout juste légale se fait détruire le cul k Petite brune excitée se fait enculer k Petite jeune veut se faire baiser le cul k Une jeune salope se fait baiser la bouche et le cul k Elle n'est plus vierge de webcam pour salope k Prends la dans le cul 5, Natalie se fait défoncer le cul k Petite brune se fait éclater le cul 1,k Cul rond d'une nana se fait remplir de chantilly et baiser k Une teen endormie se fait baiser 38, Une ado se fait baiser devant la caméra.

Son cul est en grand danger 58, Les nonnes se lâchent en privé 2,k 1: Il y a la nonne pour ça. Une jeune française se retrouve dans un gangbang avec des ho Nonne appétissante qui aime l'anal 90, 1: Plus on est de fous k Une jeune salope veut un type plus âgé 1,k Trois belles coquines et un chanceux en rut k Violée dans la forêt par deux femmes folles 1,k Violer une femme kidnappée 4,k EIl baise sa jeune serveuse k MILF plantureuse les préférant plus jeune 42, Mais cela est inévitable.

Je précise aussi que, sur le sujet en question, les sources archéologiques et textuelles sont rares. La déduction et le discernement sont de mise, ainsi que les études parallèles avec d'autres civilisations anciennes indo-européennes, par exemple.

De même que les langues gauloises des celtes du continent , gaéliques et bretonnes sont mises en parallèle avec le Sanskrit, j'ose puiser dans l'Inde antique et l'ancien Brahmanisme pour glaner de précieuses informations.

Peu d'entre nous échappons à ce phénomène, de toute façon. Cela demande une vigilance et relecture constante Personne n'est vraiment neutre, face à l'Histoire. Le féminin n'est pas associé qu'à la femme et le masculin n'est pas associé uniquement à l'homme. Des fonctions, des actions et des status sont féminins ou masculins tout à fait indépendamment du sexe de l'individu concerné.

De plus, faisant partie d'un cycle, l'un ne surpasse pas l'autre. Il n'y a pas de hiérarchie. L'un précède l'autre, suit l'autre, tour à tour.

Les caractéristiques des deux genres sont spécifiques mais non cloisonnées: Sa fonction au sein de la société avait, elle aussi, un genre. Je rappelle que les fonctions spirituelles étaient féminines même si elles pouvaient être endossées par des hommes et les fonctions temporelles étaient masculines même si elles pouvaient être endossées par des femmes.

Je ne citerai ici que 2 exemples: Les auditeurs, les receveurs de la parole, sont seuls responsables de son incarnation application, compréhension ou non. Il y a certainement eu des femmes guerrières ou intimement mêlées aux affaires de la guerre.

A côté de la reine Boadicea mentionnée dans la guerre des Gaules par Jules César, l'historien antique grec Plutarque, en relatant, dans ses "Oeuvres morales", une histoire que l'on peut dater des environs du Vè ou IVè siècle avant notre ère, précédant l'incursion des Celtes en Italie, en tout cas, indique: Ce genre d'interventions féminines, de nature bardique, sur le champ de bataille était encore en vigueur lors de la traversée des Alpes par Hannibal plus de deux siècles plus tard, au sein de ses mercenaires gaulois, car il en est fait mention par Plutarque, dans ses "oeuvres morales" et par Polyen dans ses "Stratagèmes".

La guerre est masculine mais accessible, dans certains de ses aspects, à l'autre sexe puisque, comme tout le reste, elle a une dimension féminine dans sa masculinité.

Le genre de la fonction, la nature de l'action et du contexte prévalent donc sur le sexe de l'individu voyez l'article sur les Celtes et la guerre ICI. Voyez, à ce sujet, la partie de mon article sur la civilisation celtique portant sur la structure de la société.

Au niveau symbolique, le féminin reçoit, accueille et expanse ce qui est donné. Il est souvent associé au réceptacle, à la matrice. L'année celtique commençait avec la saison lunaire, une journée celtique commençait avec la nuit, et cela est logique puisque dans le cycle, le spirituel précède toujours le temporel voyez l'article sur le calendrier celtique ICI Les désaccords ayant abouti sur des déclarations de guerre trouvaient alors leur débouché sur le champ de bataille.

Le cycle menstruel féminin est associé au cycle lunaire. La lune gibbeuse se terminant par la pleine lune symbolise l'ovulation, tandis que la lune décroissante vers la nouvelle lune, la perte de l'ovule non fécondé les règles , indique une période d'infertilité non péjorative, dans le sens repos, clôture d'un cycle. Il est difficile de dire comment cela était vécu tant au niveau social qu'individuel, sans parler de l'aspect hygiénique. Si l'on s'inspire de ce que l'on sait à ce sujet, des civilisations anciennes d'Inde, de Mongolie, ou des amérindiens et aborigènes, ainsi que de certaines tribus africaines, les femmes vivaient leurs menstruations dans le repli, à l'écart des hommes et de toute activité.

Ma grand-mère, qui était cuisinière, me répétait que durant cette période, elle ne pouvait réussir une mayonnaise, une crème anglaise ou un soufflé, et qu'elle laissait souvent tomber tout ce qu'elle tenait en main. Ainsi, en période de menstruation, les femmes se retiraient chez elles dans une pièce à part, ou dans une habitation réservée à cet effet, et étaient servies par d'autres femmes, durant 3 à 5 jours, avec de nombreuse ablutions et beaucoup de repos.

Cette mise à l'écart est compréhensible ne fut-ce que pour l'aspect hygiénique mais aussi parce que l'odeur du sang attire les prédateurs et perturbe les éléments mâles entiers des cheptels domestiques.

Une période de repli mensuelle inévitable est peu pratique pour une guerrière ou toute femme devant assurer une activité qui ne peut souffrir d'interruptions ponctuelles Il était certainement suscité chez les divinatrices et les oracles ou durant des cérémonies druidiques. Une relation sexuelle entre femmes est le summum de l'aspect spirituel d'une relation dans sa symbolique.

Mais tout comme le Yin et le Yang, le spirituel ne pouvant exister sans le temporel et vice et versa, un aspect masculin, ne fut-ce que symboliquement, devait s'y retrouver. Le masculin pourvoie et incarne. Certains rituels devaient impliquer le recueil de sperme.

Une relation entre hommes appartient au monde physique; elle concrétise et scelle une relation de type solaire et temporelle domaine de la guerre dans le cycle. Mais tout comme le Yin et le Yang, le temporel ne pouvant exister sans le spirituel et vice et versa, un aspect féminin, ne fut-ce que symboliquement, devait s'y retrouver.

Le don masculin symbolisait également la transmission de connaissance envers l'élève considéré féminin état préparatoire, initiatique, spirituel , comme chez les grecs.

Couper le sexe pénis de manière symbolique revenait à ôter à l'individu toute combativité d'une part, et tout pouvoir d'incarner une fonction, un rôle, un destin d'autre part. La castration, quant à elle, symbolique ou réelle, avait une connotation négative: Elle mettait fin définitivement, irrémédiablement, à la continuité du cycle.

Elle représentait une forme de mort. Un état déchu et stérile, un état dépendant à jamais coupé de toute possibilité d'abondance. Vous l'aurez compris, les relations entre hommes étaient codifiées.

Sexe amatur sexe amateur francais


Porno vintage avec une nonne 3,k Elle a besoin de plus de bites k La nonne coquine k Le pouvoir divin d'une nonne cochonne 73, Baiser avec une nonne dans un couvent 1,k Un viol dans la prison pour une salope blanche. Nonne perverse en besoin! Les nonnes se lâchent en privé 2,k 1: Il y a la nonne pour ça. Une jeune française se retrouve dans un gangbang avec des ho Nonne appétissante qui aime l'anal 90, 1: Cependant, le concept d'amour libre permet à l'individu d'entretenir une relation amoureuse à sa convenance, à côté des obligations.

D'aimer et d'être aimé de la manière la plus cohérente avec sa propre nature. L'amour libre aurait été plus en vogue chez les Celtes insulaires que sur le continent, semblait-il, mais là encore, les conclusions sont imprégnées d'une vision tronquée, surtout en Belgique et en France où toute découverte archéologique doit s'accorder avec les textes latins - les seuls dont nous disposons - et les dires de ce cher Jules.

Or, chez les Romains, l'adultère est condamnable pour les femmes. Une chose est sûre: Il ne s'agissait donc pas là simplement de jeux de rôles sociaux. Outre la dimension symbolique et spirituelle de l'acte, de nombreux témoignages antiques et médiévaux gaéliques mentionnent une relation affective très forte, souvent passionnée, même, entre mentor et élève ou entre deux guerriers.

Nous aurions tendance à voir ces échanges comme pervers. Ouvrons ici une parenthèse: Elle se subtilise ainsi à la conscience. Il viole la terre, le vivant.

La prostitution était absente, ainsi que la pédérastie relation avec des individus pré-pubères et le viol. La culture du viol que nous connaissons aujourd'hui 1 femme sur 5 et 1 homme sur 16 subissent chaque année l'une ou l'autre forme d'agression sexuelle est le résultat d'une culture, justement.

On a fini par croire que ce comportement est inévitable, comme intrinsèque à l'être humain, à l'homme en particulier, ce qui est tout à fait faux, à mon humble avis. De même, le viol "guerrier", celui qui est utilisé pour "inséminer" les femmes du peuple ennemi et ainsi forcer le gène, dominer, coloniser, imprégner, en quelques sortes, vient d'une autre conception de la guerre voir l'article sur les Celtes et la guerre ICI.

Nulle part, dans les rapports d'historiens grecs ou romains, qu'il s'agisse de faits et gestes de troupes mercenaires celtes ou durant la prise de Delphes ou de Rome, ne fait-on mention de Celtes agressant ou violant les femmes dans les villages et les villes conquises, ou convoitant les vestales vierges consacrées des temples. Ils pillaient et mettaient à sac mais seul l'or les intéressait, semble-t-il Par contre, durant la guerre des Gaules, les romains, eux, ne se gênèrent pas. C'est d'ailleurs le viol de ses deux filles, en plus du prélèvement d'esclaves sur son peuple et de lourdes taxes, entre autres oppressions, qui incita la reine Boadicea a se révolter contre les romains.

Si le viol est présent dans les écrits celtiques médiévaux tardifs, irlandais et gallois, il est habituellement extraordinaire et suivi d'une terrible vengeance ou même des représailles du peuple de la victime envers celui de l'agresseur.

Sinon, il apparaît dans un contexte amoureux et provoque la conception d'un dieu ou d'un héros ou résulte en un mariage inespéré car les parents désapprouvaient l'union au départ.

Il se pourrait donc que le "viol" mythologique fasse allusion, tout simplement, à l'acte de pénétration, même quand celui-ci est mutuellement consenti. Il faut comprendre également que les mythologies dont nous disposons aujourd'hui, dans nos bibliothèques, sont des versions tardives, des retranscriptions ayant déjà souffert d'une influence patriarcale.

La mythologie grecque dont s'est inspirée Rome n'avait déjà plus rien à voir avec le polythéisme indo-européen original ou originel.

Un dieu d'aspect solaire sorti de son symbolisme cyclique, ne souffrant plus aucun amoindrissement, dominait un panthéon dont les représentants avaient déjà perdu, dans leur histoire, leur symbolisme, leur caractère, une bonne partie de leur prime nature, ainsi que les inter-influences, interdépendances et interactions. Le cloisonnement montrait son nez, contrant l'holisme, et surtout la superficialité s'opéraient inéluctablement.

Quelques siècles seulement avant notre ère, les dieux païens méditerranéens étaient prêts pour l'instrumentalisation politique, l'asservissement et la vulgarisation populaire et, ensuite, pour la diabolisation, l'assimilation et les purges, chrétiennes et autres.

Sur le continent, les dieux celtes se sont vu réduire à une comparaison avec le panthéon romain lors de la colonisation le syncrétisme qui a donné l'ère gallo-romaine ne fut rien d'autre qu'une acculturation, il faut arrêter de sanctifier et de glorifier les civilisations et comportements impérialistes et, ainsi, de faire perdurer leur propagande!

La "religion" celtique insulaire n'a pas échappé au rouleau compresseur chrétien. Paradoxalement, le même esprit qui l'assimilait et l'altérait était celui qui la sauvait par l'écriture. Le droit celtique, en Irlande, condamnait sévèrement le viol, par castration ou dédommagement cheptel, objets précieux, terres, L'agresseur devait assurer tous les besoins de l'enfant né conséquemment. Le viol n'était pas considéré ou compensé si la victime l'avait dissimulé.

Moins hypocrite… moins cynique…. Et elle était moins violente que la nôtre! Forcément un violeur en puissance! La nudité n'était pas systématiquement synonyme de sexualité. Chaque partie du corps possédait son symbolisme, jusqu'à chaque doigt de la main signifiant à lui seul tout un concept.

La gestuelle avait donc une importance cruciale, mais aussi, le fait de dénuder une partie du corps en particulier. La tête, réceptacle de la pensée et de la volonté, était ôtée au vaincus. Le casque du guerrier n'était donc pas qu'un ustensile pratique.

L'on sait, grâce aux rapports grecs et romains, que les femmes s'interposaient devant leurs guerriers et dénudaient leur poitrine pour implorer la miséricorde de l'ennemi ou demander une trêve, un pourparler. Au contraire, les guerriers se dénudaient pour affirmer leur ferme intention de combattre, le symbole du phallus venant renforcer celui de l'épée.

Le culte celte du corps du guerrier s'apparentait à celui des spartiates. Un homme ne pouvait être élu roi que si son corps ne présentait aucune tare nuisant au symbolisme complexe de sa fonction. Une reine devait avoir un "champion" dont le sexe secondait ses attributs féminins rehaussés d'une épée, et qui prenait le relais lors des périodes menstruelles.

Chaque étape était marquée par un rituel convivial de passage. Les femmes initiaient les filles. Fille blanche moleste des voyous k Une salope blanche baisée par des blacks. Violer le plus jeune nonne du couvent 2,k Salope blanche partouzée par des Blacks k Un gang de salopes blanches 86, 1: Grosse bite black pour salope blanche 24, Deux salopes blanches se tapent la bite noire qu'elles aimen Une salope blanche se prend une grosse queue noire dans son Deux salopes blanches se prennent un Black 1,k Les trois grosses queues noires et la petite salope blanche 1,k Une salope blanche avec deux bites blacks.