Sexe hôtel recits de sexe

sexe hôtel recits de sexe

..

Rencontre sex scène de sexe série

Comme mu par un aimant, son visage s'approcha encore du sexe de Léa et vient s'y colle r de telle sorte que sa bouche put aspirer goulûment le petit clitoris quelle venait de dégager délicatement avec deux doigts.

Bientôt, je ne distinguai plus que la langue de Martine pénétrant profondément dans la fente trempée de Léa ; celle ci soufflait, gémissait et donnait à son bassin le rythme envoûtant de la possession Ce ne fut plus alors que de ravissants bruits de léchage et de suçon qu'interrompaient seulement les soupirs d'une exquise jouissance qui ne tarderait pas à éclater Martine s'activait sur le petit bouton rose de Léa qu'elle dévorait comme un enfant savoure une friandise.

Apparemment, celle-ci éprouvait beaucoup de plaisir aux caresses buccales de ma femme et ne manquait pas de le faire savoir: Martine ne se fit pas prier Sans arrêter un seul instant de lécher avec délice les entrecuisses de Léa, elle glissa un doigt entre les fesses de sa compagne D'une langue habile, elle humecta parfaitement ce passage serré et y présenta son majeur pour constater avec ravissement que Léa approchait d'elle-même son anus du doigt dressé Martine la pénétra sans ménagement et apprécia le fait que son petit trou se dilate tout naturellement au fur et à mesure qu'elle s'y enfonçait!

Très vite, tout le doigt de Martine qui disparu dans l'étroit canal Martine décida alors de prolonger ce délicieux supplice en essayant d'y introduire un deuxième doigt de nature à remplir davantage encore ce précieux endroit Oui Léa, bouffe - moi vite le minou " répondit - elle impatiente. S'étant immédiatement renversées, les deux lubriques entamèrent alors un délirant Jambes entremêlées, saisissant à pleines mains les formes de leur égale, ces deux félines avaient le visage vissé au sexe de leur partenaire et les deux corps ne firent bientôt plus qu'un seul amas de chair mu par le plaisir.

Je distinguais des doigts qui, sortant d'une chatte pour rentrer aussitôt dans un cul, étaient immédiatement happés par des bouches gourmandes Le rythme de leurs ébats s'accélérait: Aucun tabou, elles changeaient tour à tour de position et ne reculaient devant aucune audace sexuelle Elles semblaient se procurer tellement de plaisir l'une à l'autre que j'aurais fini par me croire inutile si Martine n'avait soudainement pensé à souffler entre deux râles de satisfaction: Pour tout dire, j'aurais déjà joui plusieurs fois devant un spectacle si émouvant si je ne m'étais pas retenu Voilà déjà près d'une heure que ces deux chattes en chaleur se caressaient, se léchaient, se broutait le minou et se doigtaient le vagin et le cul sans retenue.

Je ne me fis pas prier plus longtemps et pus apprécier la tendre complicité qui m'unit à Martine: Espérant sans doute commencer par une traditionnelle fellation en bonne et due forme, Léa fut un peu surprise que Martine lui demande de rester couchée sur le ventre, de se rapprocher du bord du lit, de poser les pieds par terre pour se présenter ainsi, les fesses largement écartées, entièrement offerte à mes désirs Et de fait, j'arrivai aussitôt, le sexe fièrement dressé et entreprit de la sodomiser sans autre forme de procès.

Tandis que Martine tenait le derrière de Léa largement ouvert pour dégager son petit orifice froncé et faciliter mon introduction, je dirigeai d'une main habile mon sexe dur comme du béton entre les reins de Léa. Ainsi prise par derrière, elle ne tarda pas à laisser exploser sa joie en criant de plus belle: Celle - ci s'était baissée pour lécher la partie de mon sexe qui ne rentrait pas dans les fesses de Léa et en profita pour faire coulisser deux doigts dans son vagin tout en pressant ses seins de son autre main.

Léa était aux anges. De fait, Martine se déplaça alors pour offrir sa chatte gluante à la bouche avide de Léa ; celle - ci s'empressant d'y enfouir sa langue au plus profond! La suite fut plus excitante encore Mes va et vient dans l'arrière-train de Léa s'accélérant à une vitesse démentielle, j'arrivai assez rapidement au bout de mon plaisir: Aussitôt dit, aussitôt fait: Celle - ci happa littéralement ma queue pour se l'enfoncer au plus profond de la gorge alors que Martine essayait vainement de pouvoir avaler quelques gouttes de ma précieuse liqueur.

Ayant pris un peu de repos, ces deux femelles dépravées décidèrent de s'entendre de concert pour m'offrir un spectacle pour le moins réjouissant. Côte à côte sur le lit, elles se mirent à quatre pattes pour me présenter leur croupe généreusement offerte. Etant revenu à un état de turgescence tout à fait respectable, je pris un plaisir fou à les pénétrer successivement en levrette ; mon sexe passant de l'une à l'autre sans la moindre difficulté Adorable différence supplémentaire entre mes deux proies ; alors que je connaissais Martine comme large et spacieuse, le conduit vaginal de Léa était plutôt étroit et enserrait parfaitement mon sexe.

De plus, elle se servait diablement bien de ses muscles internes pour contracter divinement son tunnel d'amour. C'était vraiment magnifique de pouvoir ainsi labourer deux femmes si complices. Les deux compères riaient comme des folles alors que je les limais de plus belles. Léa eut alors l'idée de se "superposer " à Martine pour m'offrir deux sexes d'autant plus accueillants qu'ils étaient placés juste l'un au-dessus de l'autre Visage contre visage, seins contre seins et chatte contre chatte.

Ces deux splendides corps féminins m'étaient offerts et je pouvais me glisser dans l'un et l'autre avec le plus complet ravissement. Curieusement, elles eurent un violent orgasme en même temps Assez fatigués - mais jamais repus - nous pensions en rester là lorsque, visiblement insatiable, Léa souffla encore pleine de désir: Faites - moi encore des tas de choses très cochonnes Et puis, vous savez, vous pouvez me soumettre à tous vos caprices, je serai très obéissante Tu en veux encore, hein!

Bon, très bien, on va te faire grimper au plafond! L'obligeant à s'agenouiller devant moi, elle lui introduisit mon sexe dans la bouche avec pour mission de lui faire retrouver toute sa vigueur dans les plus brefs délais Entravée de la sorte, Léa ne put se servir de ses mains pour m'amener au plaisir ; mais je dois avouer qu'elle y parvient tout de même très bien. Visiblement très habituée à cet exercice, elle n'hésita pas, après s'être un peu attardée à mouiller tout le contour du gland avec le bout de sa langue, à remonter tout le long de mon membre excité.

Après quoi, elle s'empara de mes couilles qu'elle goba comme de délicats oeufs de chair Lorsqu'elle poussa la tête pour tenter de se frayer un chemin vers mon anus qu'elle renifla d'abord voluptueusement, je ne savais déjà plus trop à quoi m'attendre Mais au moment où je sentis sa petite langue mouillée s'insinuer entre mes fesses, je ne me tins plus et lui dis en éjaculant de toutes mes forces sur la bouche et le menton: A l'inverse de tout à l'heure et alors que c'est Léa qui entrouvrit les lèvres pour pouvoir me boire, c'est Martine qui se précipita pour avaler goulûment mes longs jets de sperme Décontenancée, Léa sembla un peu frustrée mais se réjouit bien vite lorsque Martine lui retransmis l'exquis liquide qu'elle avait jalousement gardé en bouche Ce baiser passionné d'où dégoulinait mon foutre mélangé à leur salive était des plus émoustillant Et leur langue qui s'entrelaçait comme deux serpents me donnait envie de remettre cela au plutôt Martine grognait de plaisir.

Tenir ainsi Léa, totalement soumise et très docile, à sa merci, semblait la stimuler au plus haut point. Elle la détacha quelques instants mais ce ne fut que pour mieux la lier à nouveau ; aux barreaux du lit cette fois!

Martine ouvrit un tiroir de la commode et en sortit un splendide god-ceinture d'un élégant latex rose qu'elle attacha aussitôt à sa taille. Entre-temps, elle avait aussi chaussé de fines chaussures de cuir à très haut talons.

Ses seins étaient maintenant emprisonnés dans un brillant soutien de Skaï aux bouts ouverts sur les mamelons. Et, à cette fin, Martine dispose de quelques ustensiles spécifiques à ce genre de pratiques dont elle comptait bien faire profiter Léa également. Un peu dépassée par les événements et ne s'attendant peut - être pas à pareil traitement, elle supporta assez mal ce premier contact plutôt violent et se plaint d'avoir eu mal C'est alors qu'elle décida de pénétrer sans plus attendre Léa avec son volumineux engin Un coup dans le vagin, un coup dans l'anus Et Martine possédait Léa comme un homme eut put défoncer une faible femme sans défense.

Chevauchant sa victime à quatre pattes sur la moquette de la chambre, Martine palpait violemment les seins de Léa qu'elle malmenait avec un plaisir évident.

Après avoir obligé Léa à lui baiser les pieds et les chaussures, à lui lécher le bout des seins à travers le Skaï de son soutien ouvert, Martine, au comble du plaisir, obligea même sa soumise à sucer le gros pénis artificiel avec lequel elle venait de l'enculer Suprême humiliation, la pauvre fille avait ainsi à recueillir au plus profond de la gorge le goût âcre de ses propres sécrétions Fort secouée, Léa subissait donc les assauts répétés de Martine entre ses jambes et l'exquise douleur de ses fessées qui lui rougissaient le postérieur.

Moi, de mon côté, je me disais que je ne tarderais pas à intervenir. Pour que le bonheur fut complet, Martine décida d'utiliser aussi un splendide chapelet de boules chinoises en inox. Reliées entre elles par un gros fil nylon, le jeu consiste à les introduire d'abord progressivement une à une dans l'orifice de son choix pour les égrainer ensuite le plus lentement possible au moment de les en ressortir Je retira mon pénis de son vagin et ma soeur commenca à sucer mon pénis.

Je prenais tellement de plaisir que je réjacula dans sa bouche. Elle se mit à quattres pates et je me mis sur les genoux tenant ma soeur par la taille.

Je rentra mon pénis dans son cul ou je l'enfonca le plus profond que je pouvais. Ma soeur hurla de plaisir cette fois et moi de même. Je multipliait les va et vient alors que mes mains touchèrent ses deux beaux seins.

Puis on s'assis après notre première expérience. On s'échangea un long baiser entre deux tandis que avec mon gant de toilettes je lavais son dos puis ses fesses, ses jambes Il était 18h45, on s'essuya et on metta en pyjama. On alluma la télévision et on s'allongea dans le lit des parents en se faisant un calin.

Ma main se faufila dans son bas de pyjama caressant son vagin. Elle fit de même avec mon pénis. Je remonta ma main pour toucher ses seins La suite plus tard.

Arrête tes divagations il n'y a rien de réaliste dans ton récit. Arrête aussi tes fantasmes et fantasme sur d'autres filles. D'un point de vue strictement textuel, je dirais à l'auteur de ce récit et de nombreux autres qu'il serait vraiment agréable pour nos petits yeux que vous revoyiez la conjugaison des verbes du premier groupe, par pitié.

Je n'en peux plus des "j'alla" ou autres "j'avança" Pour le contenu, ce serait bien de prévenir que c'est une histoire d'inceste, le titre ne le sous-entend pas et la surprise n'est pas agréable pour tout le monde. Les ados parlent sexo Addiction sexuelle Asexualité Circoncision Couples atypiques: Déceptions et ruptures Ejaculation prématurée ou précoce Infections sexuellement transmissibles Les mots du sexe Peur du sexe Prépuce et phimosis Sexologie, sexothérapie Sexualité des personnes handicapées Sida et prévention Transsexualité, transgendérisme: Mes récits en cours: Le fauve tenu en laisse en stand by pour longtemps- Crépuscule regain d'inspiration En colonie de vacances.

Mes vacances Parentals [G y]. Le sexe lorsque j'avais 15 ans Vacances Niçoises à Quatorze Ans. Les vacances chez mon cousin. Un court moment de bonheur Expédition torride en Amazonie. Masturbation et douche de sperme. Les grands dossiers santé sur Doctissimo.




sexe hôtel recits de sexe

Et tout cela à mes dépends. Ils ne sauront même pas que nous avons partagé le même lit. Il se remit en position allongé sur le dos tout en ne lâchant pas ma main de la sienne. Il se replaça à son aise et je le sentis lever mon bras avant de le déposer délicatement sur son torse. Elle était brûlante de son envie.

Mais il semblait se détendre sous mon contact qui lui paraissait tant agréable. Je le masturbais directement dans son slip. Il gémit à nouveau alors que je le sentais se tortiller toujours plus sous les draps. Dans la pénombre, je le vis me regarder quelques peu étonné mais il garda le silence, déjà satisfait de la situation.

Du bout des doigts, je redressai le gros pénis qui me faisait envie. Je me courbai alors, et du bout des lèvres, chercha le gland apparent. Je le trouvai et, toujours avec une envie certaine, je le gratifiai de cinq baisers saliveux avant de le fourrer dans ma bouche étroite. Je commençai alors à le sucer. Le bout de son gland, malgré ma salive déposée avait un petit goût acide, sans doute dû à son passage aux toilettes avant de venir se coucher.

Je lovai mes lèvres autour de lui et entreprit ma lente fellation. Je veux te voir me sucer! Je veux rêver en te regardant faire! Il se replaça à son aise, légèrement rehaussé sur son oreiller, et me contempla, sa grosse queue dans ma bouche déformée. Ma chevelure blonde penchée sur lui. Son slip rouge était baissé à mi-cuisse et je me retrouvai nez à nez avec ses poils pubiens de couleur noire et légèrement odorants.

Il ferma les yeux, et poussa une nouvelle fois un petit cri de plaisir. Il éleva encore la main pour me caresser les cheveux pendant que je remuai de haut en bas la tête sur lui et que je salivai bien sur son sexe bandant. Et même si mon esprit me refusait cette pratique immonde, mon corps trembla à savoir que je pouvais me faire baiser ce soir-là.

Et même si cela devait passer par la sodomie. Il vint se placer derrière moi. Puis il vint de nouveau à moi pour tirer ma culotte en arrière. Je me détendis aussitôt, le corps inondé de frissons électriques. Il reprit sa démarche. Je sentais sa langue baveuse glisser sur mon cul étroit et descendre parfois sur ma chatte humide pour récolter la cyprine qui filtrait au travers de mes grandes lèvres intimes.

Je tremblai sur le lit tandis que ma chatte dégoulinante imprégnait le drap de mon fluide brûlant. Je ne me sentais plus! Il plaça une main en appui sur le matelas à mes côtés, puis me domina de toute sa carrure directement dans mon dos. Il plia ses muscles et vint finalement placer son pénis pendant entre mes fesses. Il glissa de nouveau une paume entre mes formes et rentra de nouveau un doigt pour ouvrir le passage puis se reprit.

Je sursautai alors de douleur. Son gland bien glissé dans mon cul. Il enroula ses bras autour de moi, attrapa mes seins entre ses paumes et se mit à me sodomiser de plus en plus vite, se faisait fi de ce que je ressentais.

Il me lâcha un sein et glissa sa main contre mon ventre puis posa un doigt contre ma fente humide. Je pivotai le visage et lui demandai néanmoins. Alors, tu me laisses faire? Je suis sur le point de jouir! Il se mit alors à grogner dans mon oreille, enfouissant son visage dans ma chevelure de soleil et je sentis un liquide brûlant exploser comme un geyser en moi.

Le rythme de leurs ébats s'accélérait: Aucun tabou, elles changeaient tour à tour de position et ne reculaient devant aucune audace sexuelle Elles semblaient se procurer tellement de plaisir l'une à l'autre que j'aurais fini par me croire inutile si Martine n'avait soudainement pensé à souffler entre deux râles de satisfaction: Pour tout dire, j'aurais déjà joui plusieurs fois devant un spectacle si émouvant si je ne m'étais pas retenu Voilà déjà près d'une heure que ces deux chattes en chaleur se caressaient, se léchaient, se broutait le minou et se doigtaient le vagin et le cul sans retenue.

Je ne me fis pas prier plus longtemps et pus apprécier la tendre complicité qui m'unit à Martine: Espérant sans doute commencer par une traditionnelle fellation en bonne et due forme, Léa fut un peu surprise que Martine lui demande de rester couchée sur le ventre, de se rapprocher du bord du lit, de poser les pieds par terre pour se présenter ainsi, les fesses largement écartées, entièrement offerte à mes désirs Et de fait, j'arrivai aussitôt, le sexe fièrement dressé et entreprit de la sodomiser sans autre forme de procès.

Tandis que Martine tenait le derrière de Léa largement ouvert pour dégager son petit orifice froncé et faciliter mon introduction, je dirigeai d'une main habile mon sexe dur comme du béton entre les reins de Léa. Ainsi prise par derrière, elle ne tarda pas à laisser exploser sa joie en criant de plus belle: Celle - ci s'était baissée pour lécher la partie de mon sexe qui ne rentrait pas dans les fesses de Léa et en profita pour faire coulisser deux doigts dans son vagin tout en pressant ses seins de son autre main.

Léa était aux anges. De fait, Martine se déplaça alors pour offrir sa chatte gluante à la bouche avide de Léa ; celle - ci s'empressant d'y enfouir sa langue au plus profond! La suite fut plus excitante encore Mes va et vient dans l'arrière-train de Léa s'accélérant à une vitesse démentielle, j'arrivai assez rapidement au bout de mon plaisir: Aussitôt dit, aussitôt fait: Celle - ci happa littéralement ma queue pour se l'enfoncer au plus profond de la gorge alors que Martine essayait vainement de pouvoir avaler quelques gouttes de ma précieuse liqueur.

Ayant pris un peu de repos, ces deux femelles dépravées décidèrent de s'entendre de concert pour m'offrir un spectacle pour le moins réjouissant. Côte à côte sur le lit, elles se mirent à quatre pattes pour me présenter leur croupe généreusement offerte.

Etant revenu à un état de turgescence tout à fait respectable, je pris un plaisir fou à les pénétrer successivement en levrette ; mon sexe passant de l'une à l'autre sans la moindre difficulté Adorable différence supplémentaire entre mes deux proies ; alors que je connaissais Martine comme large et spacieuse, le conduit vaginal de Léa était plutôt étroit et enserrait parfaitement mon sexe.

De plus, elle se servait diablement bien de ses muscles internes pour contracter divinement son tunnel d'amour. C'était vraiment magnifique de pouvoir ainsi labourer deux femmes si complices. Les deux compères riaient comme des folles alors que je les limais de plus belles. Léa eut alors l'idée de se "superposer " à Martine pour m'offrir deux sexes d'autant plus accueillants qu'ils étaient placés juste l'un au-dessus de l'autre Visage contre visage, seins contre seins et chatte contre chatte.

Ces deux splendides corps féminins m'étaient offerts et je pouvais me glisser dans l'un et l'autre avec le plus complet ravissement. Curieusement, elles eurent un violent orgasme en même temps Assez fatigués - mais jamais repus - nous pensions en rester là lorsque, visiblement insatiable, Léa souffla encore pleine de désir: Faites - moi encore des tas de choses très cochonnes Et puis, vous savez, vous pouvez me soumettre à tous vos caprices, je serai très obéissante Tu en veux encore, hein!

Bon, très bien, on va te faire grimper au plafond! L'obligeant à s'agenouiller devant moi, elle lui introduisit mon sexe dans la bouche avec pour mission de lui faire retrouver toute sa vigueur dans les plus brefs délais Entravée de la sorte, Léa ne put se servir de ses mains pour m'amener au plaisir ; mais je dois avouer qu'elle y parvient tout de même très bien. Visiblement très habituée à cet exercice, elle n'hésita pas, après s'être un peu attardée à mouiller tout le contour du gland avec le bout de sa langue, à remonter tout le long de mon membre excité.

Après quoi, elle s'empara de mes couilles qu'elle goba comme de délicats oeufs de chair Lorsqu'elle poussa la tête pour tenter de se frayer un chemin vers mon anus qu'elle renifla d'abord voluptueusement, je ne savais déjà plus trop à quoi m'attendre Mais au moment où je sentis sa petite langue mouillée s'insinuer entre mes fesses, je ne me tins plus et lui dis en éjaculant de toutes mes forces sur la bouche et le menton: A l'inverse de tout à l'heure et alors que c'est Léa qui entrouvrit les lèvres pour pouvoir me boire, c'est Martine qui se précipita pour avaler goulûment mes longs jets de sperme Décontenancée, Léa sembla un peu frustrée mais se réjouit bien vite lorsque Martine lui retransmis l'exquis liquide qu'elle avait jalousement gardé en bouche Ce baiser passionné d'où dégoulinait mon foutre mélangé à leur salive était des plus émoustillant Et leur langue qui s'entrelaçait comme deux serpents me donnait envie de remettre cela au plutôt Martine grognait de plaisir.

Tenir ainsi Léa, totalement soumise et très docile, à sa merci, semblait la stimuler au plus haut point. Elle la détacha quelques instants mais ce ne fut que pour mieux la lier à nouveau ; aux barreaux du lit cette fois! Martine ouvrit un tiroir de la commode et en sortit un splendide god-ceinture d'un élégant latex rose qu'elle attacha aussitôt à sa taille. Entre-temps, elle avait aussi chaussé de fines chaussures de cuir à très haut talons.

Ses seins étaient maintenant emprisonnés dans un brillant soutien de Skaï aux bouts ouverts sur les mamelons. Et, à cette fin, Martine dispose de quelques ustensiles spécifiques à ce genre de pratiques dont elle comptait bien faire profiter Léa également. Un peu dépassée par les événements et ne s'attendant peut - être pas à pareil traitement, elle supporta assez mal ce premier contact plutôt violent et se plaint d'avoir eu mal C'est alors qu'elle décida de pénétrer sans plus attendre Léa avec son volumineux engin Un coup dans le vagin, un coup dans l'anus Et Martine possédait Léa comme un homme eut put défoncer une faible femme sans défense.

Chevauchant sa victime à quatre pattes sur la moquette de la chambre, Martine palpait violemment les seins de Léa qu'elle malmenait avec un plaisir évident. Après avoir obligé Léa à lui baiser les pieds et les chaussures, à lui lécher le bout des seins à travers le Skaï de son soutien ouvert, Martine, au comble du plaisir, obligea même sa soumise à sucer le gros pénis artificiel avec lequel elle venait de l'enculer Suprême humiliation, la pauvre fille avait ainsi à recueillir au plus profond de la gorge le goût âcre de ses propres sécrétions Fort secouée, Léa subissait donc les assauts répétés de Martine entre ses jambes et l'exquise douleur de ses fessées qui lui rougissaient le postérieur.

Moi, de mon côté, je me disais que je ne tarderais pas à intervenir. Pour que le bonheur fut complet, Martine décida d'utiliser aussi un splendide chapelet de boules chinoises en inox. Reliées entre elles par un gros fil nylon, le jeu consiste à les introduire d'abord progressivement une à une dans l'orifice de son choix pour les égrainer ensuite le plus lentement possible au moment de les en ressortir Parfaitement jouissif, ce plaisant supplice peut déchaîner des irradiations de plaisir depuis le creux des reins jusqu'au milieu du dos Léa apprécia énormément ce traitement car, dilatant son anus pour faciliter le retrait des boules, elle cria de plaisir en mouillant comme une véritable fontaine Je dis alors que je devais uriner et que j'aurais bien aimé pouvoir le faire en arrosant notre ridicule esclave Léa fut aussitôt amenée à la salle de bain où nous l'étendîmes, les mains entravées, dans la baignoire.

Couchée sur le dos, les jambes largement écartées, nous lui avons bandé les yeux avec une serviette de bain pour que la surprise fût totale Alors que je parvins à diriger mon jet d'urine sur tout son corps et, surtout, volontairement sur son pubis , Martine eut l'extraordinaire chance de devoir elle aussi se soulager presque au même moment Sans la moindre pudeur, elle s'assit sur le visage de Léa et inonda celui-ci de sa chaude douche dorée.

Ne pouvant voir la scène, celle-ci comprit rapidement ce qui se passait et, à la limite de l'étouffement, fut bien vite contrainte d'ouvrir la bouche pour recueillir ce chaud et odoriférant liquide Elle eut d'abord une première répulsion qui lui donna l'impression qu'elle allait vomir, puis changea radicalement d'avis et se mit à boire avidement le chaud liquide Lorsque Martine eut vidé sa vessie et que les dernières gouttes jaillissaient de son entrejambes, Léa parvient à articuler: S'il te plaît, donne - moi ton sexe à lécher!

Après cela, nous avons alors procédé à la toilette de Léa ; en ce qui me concerne, je me suis chargé de lui savonner vigoureusement l'entre fesses que je venais de déguster ; ce qu'elle sembla apprécier tout particulièrement puisque recommença immédiatement à gémir d'aise.

Martine, de son côté, ne se lassait pas lui frotter les seins déjà tout gonflés de plaisir. Bien lavée, soigneusement séchée, Léa fut encore discrètement parfumée aux endroits "stratégiques ": Ainsi apprêtée, Léa fut ramenée dans la chambre où elle fut immédiatement contrainte à nous attendre et à nous attendre

.

Il y avait une grande salle de bains à la porte ouverte qui laissait entrevoir une baignoire sur un fond de marbre gris. En face du lit, il y avait une télé fixée au mur et un petit bureau de bois collé contre dessous. Je hochai la tête sans savoir quoi lui répondre. Il se tût un moment puis reprit: Je patientai alors son retour. Nous avons rendez-vous demain à 8h30 et nous devons encore prendre notre petit déjeuner avant.

De toute façon, je suis pour ma part, très fatiguée. Je traînais ma valise pour la placer contre le mur puis contournais le lit à pas précipités pour glisser rapidement sous la couverture afin de ne pas trop en laisser voir de mon pyjama honteux. De ma position, je sentais son déodorant masculin que je trouvai fort agréable. Je sentis alors sa main se poser sur mon bras puis il se mit à passer sa paume le long de ma manche. Tout ça pour ne pas le décevoir.

Je le sentis alors se rapprocher de moi en glissant sur le matelas. Il avait la peau quelques peu rugueuse. Je sentis, surprise, en contact direct contre ma peau, le tissu de son slip ainsi que la forme déjà bien allongée de son pénis à demi-dur. Il se frotta en remuant le bassin contre ma main. Tout se passait sous les draps. Je ne trouvai les mots pour exprimer ma gêne. Et en silence, il poursuivit activement à la recherche de son plaisir.

Et tout cela à mes dépends. Ils ne sauront même pas que nous avons partagé le même lit. Il se remit en position allongé sur le dos tout en ne lâchant pas ma main de la sienne.

Il se replaça à son aise et je le sentis lever mon bras avant de le déposer délicatement sur son torse. Elle était brûlante de son envie.

Mais il semblait se détendre sous mon contact qui lui paraissait tant agréable. Je le masturbais directement dans son slip. Il gémit à nouveau alors que je le sentais se tortiller toujours plus sous les draps. Dans la pénombre, je le vis me regarder quelques peu étonné mais il garda le silence, déjà satisfait de la situation.

Du bout des doigts, je redressai le gros pénis qui me faisait envie. Je me courbai alors, et du bout des lèvres, chercha le gland apparent. Je le trouvai et, toujours avec une envie certaine, je le gratifiai de cinq baisers saliveux avant de le fourrer dans ma bouche étroite. Je commençai alors à le sucer. Le bout de son gland, malgré ma salive déposée avait un petit goût acide, sans doute dû à son passage aux toilettes avant de venir se coucher. Je lovai mes lèvres autour de lui et entreprit ma lente fellation.

Je veux te voir me sucer! Je veux rêver en te regardant faire! Il se replaça à son aise, légèrement rehaussé sur son oreiller, et me contempla, sa grosse queue dans ma bouche déformée.

Ma chevelure blonde penchée sur lui. Son slip rouge était baissé à mi-cuisse et je me retrouvai nez à nez avec ses poils pubiens de couleur noire et légèrement odorants. Il ferma les yeux, et poussa une nouvelle fois un petit cri de plaisir.

Il éleva encore la main pour me caresser les cheveux pendant que je remuai de haut en bas la tête sur lui et que je salivai bien sur son sexe bandant. Et même si mon esprit me refusait cette pratique immonde, mon corps trembla à savoir que je pouvais me faire baiser ce soir-là. Et même si cela devait passer par la sodomie.

Martine ne se fit pas prier Sans arrêter un seul instant de lécher avec délice les entrecuisses de Léa, elle glissa un doigt entre les fesses de sa compagne D'une langue habile, elle humecta parfaitement ce passage serré et y présenta son majeur pour constater avec ravissement que Léa approchait d'elle-même son anus du doigt dressé Martine la pénétra sans ménagement et apprécia le fait que son petit trou se dilate tout naturellement au fur et à mesure qu'elle s'y enfonçait!

Très vite, tout le doigt de Martine qui disparu dans l'étroit canal Martine décida alors de prolonger ce délicieux supplice en essayant d'y introduire un deuxième doigt de nature à remplir davantage encore ce précieux endroit Oui Léa, bouffe - moi vite le minou " répondit - elle impatiente.

S'étant immédiatement renversées, les deux lubriques entamèrent alors un délirant Jambes entremêlées, saisissant à pleines mains les formes de leur égale, ces deux félines avaient le visage vissé au sexe de leur partenaire et les deux corps ne firent bientôt plus qu'un seul amas de chair mu par le plaisir. Je distinguais des doigts qui, sortant d'une chatte pour rentrer aussitôt dans un cul, étaient immédiatement happés par des bouches gourmandes Le rythme de leurs ébats s'accélérait: Aucun tabou, elles changeaient tour à tour de position et ne reculaient devant aucune audace sexuelle Elles semblaient se procurer tellement de plaisir l'une à l'autre que j'aurais fini par me croire inutile si Martine n'avait soudainement pensé à souffler entre deux râles de satisfaction: Pour tout dire, j'aurais déjà joui plusieurs fois devant un spectacle si émouvant si je ne m'étais pas retenu Voilà déjà près d'une heure que ces deux chattes en chaleur se caressaient, se léchaient, se broutait le minou et se doigtaient le vagin et le cul sans retenue.

Je ne me fis pas prier plus longtemps et pus apprécier la tendre complicité qui m'unit à Martine: Espérant sans doute commencer par une traditionnelle fellation en bonne et due forme, Léa fut un peu surprise que Martine lui demande de rester couchée sur le ventre, de se rapprocher du bord du lit, de poser les pieds par terre pour se présenter ainsi, les fesses largement écartées, entièrement offerte à mes désirs Et de fait, j'arrivai aussitôt, le sexe fièrement dressé et entreprit de la sodomiser sans autre forme de procès.

Tandis que Martine tenait le derrière de Léa largement ouvert pour dégager son petit orifice froncé et faciliter mon introduction, je dirigeai d'une main habile mon sexe dur comme du béton entre les reins de Léa.

Ainsi prise par derrière, elle ne tarda pas à laisser exploser sa joie en criant de plus belle: Celle - ci s'était baissée pour lécher la partie de mon sexe qui ne rentrait pas dans les fesses de Léa et en profita pour faire coulisser deux doigts dans son vagin tout en pressant ses seins de son autre main. Léa était aux anges. De fait, Martine se déplaça alors pour offrir sa chatte gluante à la bouche avide de Léa ; celle - ci s'empressant d'y enfouir sa langue au plus profond!

La suite fut plus excitante encore Mes va et vient dans l'arrière-train de Léa s'accélérant à une vitesse démentielle, j'arrivai assez rapidement au bout de mon plaisir: Aussitôt dit, aussitôt fait: Celle - ci happa littéralement ma queue pour se l'enfoncer au plus profond de la gorge alors que Martine essayait vainement de pouvoir avaler quelques gouttes de ma précieuse liqueur. Ayant pris un peu de repos, ces deux femelles dépravées décidèrent de s'entendre de concert pour m'offrir un spectacle pour le moins réjouissant.

Côte à côte sur le lit, elles se mirent à quatre pattes pour me présenter leur croupe généreusement offerte. Etant revenu à un état de turgescence tout à fait respectable, je pris un plaisir fou à les pénétrer successivement en levrette ; mon sexe passant de l'une à l'autre sans la moindre difficulté Adorable différence supplémentaire entre mes deux proies ; alors que je connaissais Martine comme large et spacieuse, le conduit vaginal de Léa était plutôt étroit et enserrait parfaitement mon sexe.

De plus, elle se servait diablement bien de ses muscles internes pour contracter divinement son tunnel d'amour. C'était vraiment magnifique de pouvoir ainsi labourer deux femmes si complices. Les deux compères riaient comme des folles alors que je les limais de plus belles. Léa eut alors l'idée de se "superposer " à Martine pour m'offrir deux sexes d'autant plus accueillants qu'ils étaient placés juste l'un au-dessus de l'autre Visage contre visage, seins contre seins et chatte contre chatte.

Ces deux splendides corps féminins m'étaient offerts et je pouvais me glisser dans l'un et l'autre avec le plus complet ravissement. Curieusement, elles eurent un violent orgasme en même temps Assez fatigués - mais jamais repus - nous pensions en rester là lorsque, visiblement insatiable, Léa souffla encore pleine de désir: Faites - moi encore des tas de choses très cochonnes Et puis, vous savez, vous pouvez me soumettre à tous vos caprices, je serai très obéissante Tu en veux encore, hein!

Bon, très bien, on va te faire grimper au plafond! L'obligeant à s'agenouiller devant moi, elle lui introduisit mon sexe dans la bouche avec pour mission de lui faire retrouver toute sa vigueur dans les plus brefs délais Entravée de la sorte, Léa ne put se servir de ses mains pour m'amener au plaisir ; mais je dois avouer qu'elle y parvient tout de même très bien.

Visiblement très habituée à cet exercice, elle n'hésita pas, après s'être un peu attardée à mouiller tout le contour du gland avec le bout de sa langue, à remonter tout le long de mon membre excité. Après quoi, elle s'empara de mes couilles qu'elle goba comme de délicats oeufs de chair Lorsqu'elle poussa la tête pour tenter de se frayer un chemin vers mon anus qu'elle renifla d'abord voluptueusement, je ne savais déjà plus trop à quoi m'attendre Mais au moment où je sentis sa petite langue mouillée s'insinuer entre mes fesses, je ne me tins plus et lui dis en éjaculant de toutes mes forces sur la bouche et le menton: A l'inverse de tout à l'heure et alors que c'est Léa qui entrouvrit les lèvres pour pouvoir me boire, c'est Martine qui se précipita pour avaler goulûment mes longs jets de sperme Décontenancée, Léa sembla un peu frustrée mais se réjouit bien vite lorsque Martine lui retransmis l'exquis liquide qu'elle avait jalousement gardé en bouche Ce baiser passionné d'où dégoulinait mon foutre mélangé à leur salive était des plus émoustillant Et leur langue qui s'entrelaçait comme deux serpents me donnait envie de remettre cela au plutôt Martine grognait de plaisir.

Tenir ainsi Léa, totalement soumise et très docile, à sa merci, semblait la stimuler au plus haut point. Elle la détacha quelques instants mais ce ne fut que pour mieux la lier à nouveau ; aux barreaux du lit cette fois! Martine ouvrit un tiroir de la commode et en sortit un splendide god-ceinture d'un élégant latex rose qu'elle attacha aussitôt à sa taille. Entre-temps, elle avait aussi chaussé de fines chaussures de cuir à très haut talons.

Ses seins étaient maintenant emprisonnés dans un brillant soutien de Skaï aux bouts ouverts sur les mamelons. Et, à cette fin, Martine dispose de quelques ustensiles spécifiques à ce genre de pratiques dont elle comptait bien faire profiter Léa également. Un peu dépassée par les événements et ne s'attendant peut - être pas à pareil traitement, elle supporta assez mal ce premier contact plutôt violent et se plaint d'avoir eu mal C'est alors qu'elle décida de pénétrer sans plus attendre Léa avec son volumineux engin Un coup dans le vagin, un coup dans l'anus Et Martine possédait Léa comme un homme eut put défoncer une faible femme sans défense.

Chevauchant sa victime à quatre pattes sur la moquette de la chambre, Martine palpait violemment les seins de Léa qu'elle malmenait avec un plaisir évident. Après avoir obligé Léa à lui baiser les pieds et les chaussures, à lui lécher le bout des seins à travers le Skaï de son soutien ouvert, Martine, au comble du plaisir, obligea même sa soumise à sucer le gros pénis artificiel avec lequel elle venait de l'enculer Suprême humiliation, la pauvre fille avait ainsi à recueillir au plus profond de la gorge le goût âcre de ses propres sécrétions Fort secouée, Léa subissait donc les assauts répétés de Martine entre ses jambes et l'exquise douleur de ses fessées qui lui rougissaient le postérieur.

Moi, de mon côté, je me disais que je ne tarderais pas à intervenir. Pour que le bonheur fut complet, Martine décida d'utiliser aussi un splendide chapelet de boules chinoises en inox.

Reliées entre elles par un gros fil nylon, le jeu consiste à les introduire d'abord progressivement une à une dans l'orifice de son choix pour les égrainer ensuite le plus lentement possible au moment de les en ressortir Parfaitement jouissif, ce plaisant supplice peut déchaîner des irradiations de plaisir depuis le creux des reins jusqu'au milieu du dos Léa apprécia énormément ce traitement car, dilatant son anus pour faciliter le retrait des boules, elle cria de plaisir en mouillant comme une véritable fontaine Je dis alors que je devais uriner et que j'aurais bien aimé pouvoir le faire en arrosant notre ridicule esclave Léa fut aussitôt amenée à la salle de bain où nous l'étendîmes, les mains entravées, dans la baignoire.

Couchée sur le dos, les jambes largement écartées, nous lui avons bandé les yeux avec une serviette de bain pour que la surprise fût totale





Sexe lisse sexe soumission

  • Après cela, nous avons alors procédé à la toilette de Léa ; en ce qui me concerne, je me suis chargé de lui savonner vigoureusement l'entre fesses que je venais de déguster ; ce qu'elle sembla apprécier tout particulièrement puisque recommença immédiatement à gémir d'aise. Après de longues heures de routes nous arrivames à l'hôtel où nous découvriment les 2 lits 2 places puis on s'installa.
  • 752
  • TCHAT SEXE GRATUIT VIDEO SEXE FEMME
  • MODÈLE SEXE TOULOUSE SEXE CHINOIS

Requin du sexe le sexe videogratuit